Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Terre │Territoire │ Paysage

Du 16 février au 9 avril 2022

AlexBG, Rénald Gauthier, François Lafrance, Isabelle Renaud, SYLLAD, Steve St-Pierre, Arlette Vittecoq

Terre   Territoire   Paysage   trois noms communs aux multiples sens, trois mots gigognes qui s’emboitent les uns dans les autres, trois sujets d’actualité s’invitent au Centre culturel Pierre-Gobeil. L’artiste Wassily Kandinsky (Russie, 1866 – France, 1944) affirmait que les artistes expriment le propre de leur époque, qu’ils contribuent à la réflexion autour des enjeux artistiques et sociaux de leur temps. Voilà le scénario de l’exposition placée sous le commissariat de Suzanne Pressé. L’expo présente la vision, la recherche et les réalisations de sept artistes accomplis. Ce sont trente oeuvres qui cherchent un logis d’accueil.

Faites-vous plaisir !

 

AlexBG mène une carrière de photographe de studio et d’événements et une carrière d’artiste explorateur du subconscient, de l’absurde et de l’étrange, parcourant les méandres labyrinthiques de l’imaginaire. Il développe différentes techniques artistiques dont le « compositing » comme dans Le guerrier du « E », histoire d’un automobiliste en panne d’essence en pleine forêt. Le gars avec le réservoir portable à la main, l’auto en panne plus haut dans le chemin. Mais le plus spectaculaire dans cette photo est la vue de face et vue en plongée en de multiples prises de vue avec drone.

L’artiste nous entraîne dans des univers surréalistes aux lectures multiples. Émanation chromatique tient le double message des échappements de gaz et des échappements de couleurs du cercle chromatique _ couleur primaire (bleu de cobalt), couleur secondaire (violet) et couleurs tertiaires (bleu-vert, jaune-orangé et rouge-violacé). Voilà une photographie à la croisée de la peinture et de la photographie.

Dans Claustrophobie, l’artiste représente la terre dans un caisson métallique qui renferme la terre claustrophobe. Tout se passe ici comme si l’évolution technologique renfermait également l’humain dans son évolution. L’art d’AlexBG rend hommage à l’imaginaire des artistes surréalistes.

www.bgphotographie.ca

 

 Rénald Gauthier – peintre et sculpteur – prend plaisir de jouer avec la terre qui permet d’explorer différents thèmes qui lui sont chers pour sa compréhension du monde, de l’humanité et de la nature. Entouré de grands espaces, de rivières, de lacs et de montagne, la nature est pour lui une source d’inspiration. La lumière, les odeurs, les sons et le silence sont sources de bien-être.

Quand on lui demande ce qu’il peint et sculpte, il répond la tranquillité. Cela s’observe dans les trois oeuvres sculptées en argile, bronze et acajou – Mon île, Secret partagé et Leçon de vie –  oeuvres en phase avec le thème de l’exposition Terre  Territoire | Paysage. 

Pour Rénald Gauthier, l’art est un grand livre d’histoires à transmettre aux générations futures par la beauté immortalisée dans le bronze et dans la terre argileuse.

www.renaldgauthier.com

François Lafrance « fait le plein des lieux vides » – ce sont les mots de Steve Bergeron qui décrivent le mieux la vision artistique de François Lafrance (La Tribune, 31 août 2021). L’artiste capte des paysages urbains aux ambiances étranges comme des atmosphères de cinéma. Des lieux qui exercent un pouvoir d’attraction, un sentiment d’inquiétude, un mélange subtil d’émotions et de pensées, d’états d’âme au centre de notre lien au monde. Bref, une étrangeté qui pique la curiosité.

Faille, Sans issue, Ombre aveugle, Carrière, des frontières, des murs, des espaces altérés, des lieux aménagés ou habités par l’homme mais en même temps inhospitaliers, rugueux, ingrats. Tout le paradoxe de notre emprise sur notre environnement, comme si nous voulions nous exclure nous-mêmes des endroits que nous habitons.

Isabelle Renaud étonne en se jouant des formats. Une sculpture de petites dimensions, titrée Ozone, représente l’immensité de l’ozone (O3), présent dans la haute atmosphère et au niveau du sol lorsque la lumière du soleil interagit avec la terre. Avec cette œuvre construite de divers matériaux – béton, bryophyta (mousse), acrylique et métal – l’artiste saisit les grands enjeux planétaires du réchauffement de la planète et du développement urbain.

Magnolia grandiflora flavus, Magnolia grandiflora alba et Magnolia grandiflora roseus sont trois délicates estampes à l’encre rehaussées de crayon aquarelle. Ces œuvres représentent des feuilles de magnolia à grandes fleurs, ces arbres magnifiques originaires de l’est de l’Asie et de l’est de l’Amérique du Nord.

Systole et Diastole, quant à eux, sont deux grands tableaux qui représentent de petits papillons de nuit dont les battements d’ailes rappellent ceux du cœur. La systole est la phase durant laquelle le cœur se contraste et éjecte le sang dans les artères tandis que la diastole est la phase opposée durant laquelle le cœur se relâche et se remplit de sang.

www.isabellerenaud.ca

 

Steve Saint-Pierre – artiste multi-instrumentiste et multidisciplinaire – crée avec aisance et grande liberté. On reconnait ses œuvres picturales par sa gestuelle intuitive, ses traits fluides. Il crée une convergence entre différents médiums, techniques et disciplines. La versatilité prolifique de ses collaborations artistiques fait de lui un médiateur culturel dynamique et dévoué.

Voici cinq oeuvres lumineuses en une symphonie de couleursSaison flamboyante, Soir d’octobre, Automne, Automne bigarré et Premières neiges – . Steve Saint-Pierre renouvelle ici le motif du paysage, sans imiter la nature comme les artistes modernes. Il s’en éloigne même. Par sa palette de couleur, l’artiste représente l’idée de paysage. Cela relève de la pensée abstraite, cette capacité à réfléchir à des choses qui ne sont pas présentes dans l’espace et le temps actuels. Cela n’étonne pas puisque le porte-folio de Steve Saint-Pierre rassemble des séries d’oeuvres figuratives et non figuratives.

www.stevesaintpierre.com

 SYLLAD est un duo artistique formé de l’artiste en arts visuels Sylvie Rochette et du photographe artistique Ladislas Kadyszewski, ensemble ils créent des liens entre les arbres et les humains. « Territoire » contient « terre », la matière première d’intégration de l’arbre et de l’homme où se développe nos racines. Globe-trotteurs, SYLLAD découvre de nouveaux territoires, observe les écosystèmes pour comprendre, s’en nourrir, s’y intégrer. L’arbre est un motif photographié et un motif sculpté.

L’œuvre L’Échelle de Jacob n’est pas une balançoire, une œuvre de la série ARBORER LE TERRITOIRE est un tirage photographique sur papier coton archive avec une
sculpture d’ébène intégrée. Le titre est inspiré de l’histoire de la Genèse, celle de Jacob rêvant d’une échelle entre ciel et terre.

Danse africaine et En attente de fluidité deux œuvres de la série TRANS-CENDANCE sont des photographies d’arbres imprimées sur papier coton archive avec des sculptures nommées RACIEL intégrées.

La vidéo RACIEL (1 min 49 sec) montre l’installation du même nom constituée de cinq sculptures RACIEL représentant des silhouettes humaines formées de branches de diverses essences. Les figures, reliées entre elles par des fibres optiques, contiennent une architecture de fibres naturelles tendues symbolisant la circulation de l’énergie. À l’approche d’une présence humaine, une fibre optique lumineuse pulsée relie le spectateur au RACIEL principal qui apparait graduellement sous un flux de lumière et ainsi d’une sculpture à l’autre. De pulsations asynchrones, les sources lumineuses rappelant les pulsations cardiaques s’harmonisent à l’unisson.

www.syllad.ca

Arlette Vittecoq est une personnalité publique qui parcoure la ville de Sherbrooke à pied. Munie d’un appareil photo numérique, elle ne mitraille pas pour autant tout ce qui bouge : elle s’installe, elle réfléchit et attend patiemment ce moment qui fait toute la différence. Elle se définit même comme une artiste de la lenteur qui capte l’instant décisif. Cela s’observe dans ses photos L’Éveil de la nature et Le défilé des papillons.  

Son militantisme en faveur de l’écologie est exemplaire. Elle capte, dénonce les traces de nos excès mais propose de belles solutions transformant des rebuts de plastique en Bouquet d’été par exemple.

Il est intéressant de constater que l’art d’Arlette Vittecoq est aussi à la croisée de la peinture et de la photographie. Ses photographies Comme une œuvre picturale et Motifs givrés et glacés en témoignent.

Commissaire

Suzanne Pressé

Au cours de sa vie professionnelle, l’historienne de l’art Suzanne Pressé a assumé les responsabilités de conservatrice au Musée des beaux-arts de Sherbrooke (1997-2007), de chargée de cours au programme du certificat en arts visuels (2005-2018) et de coordonnatrice des expositions à la galerie d’art Antoine-Sirois de l’Université de Sherbrooke (2007-2020). Retraitée de l’Université, elle est commissaire indépendante