Historique

Avant la fusion municipale en 2002, la Ville de Rock Forest a acquis un immeuble avec l’intention d’en faire un lieu pour la culture. Le Comité arts et culture fut mis sur pied par des élus qui invitèrent des citoyens intéressés à la culture pour développer une première politique culturelle à Rock Forest. Cette politique mettait l’accent entre autres sur l’utilisation de l’immeuble pour la diffusion de la culture et émettait la volonté de créer un sentiment d’appartenance parmi les citoyens de la Ville. Une bibliothèque, gérée par la Ville, a d’abord été installée dans une partie du bâtiment. L’autre partie de l’immeuble sera utilisée pour les expositions, les spectacles et les ateliers. Ces activités demeurent sous la responsabilité du Comité.

Avant l’acquisition du Centre culturel par la Ville, celle-ci offrait déjà des cours d’art dans son centre de loisirs. Cependant, les artistes n’ayant pas de lieu approprié pour y tenir des expositions, il leur était difficile de se faire valoir et de se faire connaître du milieu, ce qui provoquait leur isolement.

La fusion municipale apportera une autre dimension à la politique culturelle créée par la Ville de Rock Forest et qui visait son rayonnement. La nouvelle ville de Sherbrooke, par le biais d’une nouvelle politique culturelle et suite à la création d’un nouvel arrondissement, donne au Comité arts et culture une nouvelle vocation. Alors que le centre de la Ville de Sherbrooke a pour mandat de développer une dimension impressive pour mettre en valeur la ville, les comités d’art existants dans les arrondissements qui entourent le centre-ville se voient donner un mandat de dimension expressive : les citoyens reçoivent des cours, puis montrent ce qu’ils ont réalisé.

Par ailleurs, la fusion oblige le Comité arts et culture de Rock Forest d’impliquer de nouveaux membres provenant des deux municipalités voisines au sein de leur conseil d’administration, afin de représenter adéquatement le nouvel arrondissement. Suite à la fusion, le Comité obtient ses lettres patentes et devient un organisme sans but lucratif et prend le nom de Comité arts et culture de Rock Forest-Saint-Élie-Deauville.